L'atelier d'écriture clandestin

Un atelier d'écriture virtuel ouvert à tout ceux qui aiment écrire et désirent s'améliorer

vendredi 29 février 2008

Tour d'enfance

Elle a décidé de ne plus jamais voyager. C'était tellement facile. Ne plus jamais attendre sur le quai, avec l'espoir d'un train enivré, d'un bus arrogant et malpoli ou juste d'une voiture égarée, avec, au volant, un ou deux chauffeurs confus et incertains, ou même pas de chauffeur du tout. Au lieu de cela, elle s'est enfermée tout en haut de sa petite tour d'enfance, une chambre remplie de livres et de feutres bleus, de coussins imaginaires et de fantômes réels, plein de rêves sous le lit aussi. Des rêves de voyages. Puis on l'appelle, mine de rien, l'instant d'un songe, pendant une nuit de débauche, le vin et la fête, les vapeurs de souvenirs et une sonnerie intense. Elle fuit le téléphone mais ne peut l'échapper. La porte reste fermée, elle ouvre la fenêtre et s'accroche au parapet, les pieds en l'air. Ses amis ne comprennent rien, ils ne font rien pour l'aider, au contraire, ils laissent le téléphone grimper jusqu'à la vitre, le récepteur regarde en bas, hésite puis rampe doucement jusqu'à son oreille en lui effleurant la joue. Surprise, pas de voix. Elle entend seulement une respiration familière, venant du fond des poumons, elle la connaît, elle s'approche et respire au même rythme, elle se transforme en un souffle, de la tête aux pieds et aux mains, toute rouge, une chaleur au cœur, au ventre, qui s'en va puis l'entraîne avec, à l'autre bout du fil, elle tremble, elle pleure, le chaud, le froid, la tête qui tourne et une entrée interdite, une sortie impossible. Ce voyage-là, elle ne l'avait pas désiré. Elle n'avait désiré que ça et maintenant, suspendue entre les étoiles et la boue, elle ne peut plus avancer ni revenir. Il faut endurer. Il faut passer la nuit. Demain, elle sera vide.

Posté par dancca à 10:21 - Catégorie: Jouir sous la contrainte
Commentaires [2] - - Permalien [#]

Commentaires

    Petite précision

    J'ai écrit ce texte il y a déjà un peu plus de cinq ans mais en y réfléchissant, je me suis rendue compte qu'il correspond bien au thème...je trouve le thème très inspirant mais malheureusement, je n'ai pas réussi à écrire quelque chose de nouveau...

    Posté par dancca, vendredi 29 février 2008 à 10:24
  • le réalisme fantastique ?

    J'ai dû lire le texte plusieurs fois pour en saisir le sens, et j'ai toujours l'impression de passer un peu à côté.

    Avec ce texte, je me suis surpris à me demander où s'arrête le fantastique et où commence le réel. Ainsi, si j'ai bien compris, le réel s'immisce dans le fantastique, le quotidien mène à l'onirique, etc.

    Mais c'est peut-être le but de ton texte, de nous mener à ce questionnement (où s'arrête le fantastique etc."), justement.

    En tout cas, un texte qui se présente comme une tranche de vie, "le songe d'un instant" (comme tu écris, enfin, non, j'ai renversé l'ordre des mots, mais cette erreur d'inattention n'est pas pour me déplaire).

    Posté par daedalus, mardi 18 mars 2008 à 06:54

Poster un commentaire