L'atelier d'écriture clandestin

Un atelier d'écriture virtuel ouvert à tout ceux qui aiment écrire et désirent s'améliorer

mardi 18 mars 2008

Nunzéo et Philippe

L'un est un gros con
et l'autre, moins gros
mais tout aussi con.
Philippe, Nunzéo,
Nunzéo, Philippe.

Notices biographiques :

Nunzéo A. anime une revue online qui se veut tendance, dont le nom en latin (au moins c'est pas en anglais) rime avec "Fuck You." Il vénère Sollers et Guy Debord, et a une bedaine naissante. Il se flatte d'être le seul dans l'hexagone à apprécier Bach à sa juste valeur. Il pue des pieds, même quand il n'enlève pas ses chaussures. Un de ses potes, publié chez Gallimard (par Sollers), lui fait oublier parfois que lui-même n'a aucun talent. Donc, un joueur de foot raté qui se prend pour un écrivain. Quel triste destin.

Philippe L., employé au Gaz-de-France, est un pauvre minable avec un salaire de 30.000 euros, ce qui lui donne l'impression d'être quelqu'un d'important et il va jusqu'à se croire riche et se la joue devant des gens qu'il croit moins "riche" que lui. Il se vante de changer de voiture tous les deux ans et se croit cultivé, parce qu'il emploie aisément des mots comme "aimante" et "venir avec sa bite et son couteau" (eh oui). Mon cher Philippe, sache que tu fais partie du camp des médiocres. Bonne chance. Amuse-toi bien avec Nunzéo dans Sarkoland.

Posté par daedalus à 06:33 - Catégorie: Et pour quelques textes de plus...
Commentaires [0] - - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire